RENTRÉE DE CEGEP

Le tout se passe à la rentrée du cegep, dans les résidences attribuées. Il y avait plein de jeunes qui arrivaient cette journée-là.  Les gars arrivaient au campus en jeans avec leur gros pack-sac de linge et d'effets personnels.  Cette journée là, il n'y avait pas vraiment de programme d'organisé, tout se passait au fur et à mesure pour la nouvelle rentrée, les anciens comme les nouveaux.  La seule chose qui était vraiment évidente, c'est qu'il y avait des corps à faire frémir qui circulaient tout autour de moi.  J'avais très hâte au moment de la distribution des chambres. Vu que j'étais sénior, je partageais une chambre à deux seulement avec un des gars, mais lequel ?  Je ne le savais pas encore.C'est de cette façon que la journée m'apportait un élément de suspens terrible.

Soudain, j'ai compris mon nom à l'intercom, j'étais demandé au classement.  Je me rendis, on me donna cette année la chambre 433 en me disant que je partagerais la chambre avec Nick, d'aller le rejoindre pour lui expliquer les procédures car il était déjà là.  J'étais nerveux, ne sachant pas à quoi m'attendre. J'espérais que Nick soit un de ceux qui m'avaient fait frémir durant le début de journée. 

Arrivé là-bas, j'ouvris la porte et je vis ce jeune mâle à faire trembler les murs.  Il était entrain de se changer, il avait le torse nu et un vieux jeans Levi's à moitié déboutonné.  Il me dit: «Salut men, c'est avec toi que je partage le coin ? » Je répondis oui très nerveusement en espérant que rien ne paraisse, mais ce fut difficile..., j'avais déjà remarqué les grosses bottes de travail qu'il avait dans les pieds. Nous avons placoté un peu pendant qu'il classait ses effets personnels dans les compartiments.  Ce mâle me faisait bander à mort, de dos, de pieds, et de face !  Il avait un de ces culs, c'était terrible!

A la fin de l'après-midi , il dû s'absenter pour une heure environ , alors j'ai risqué un coup d'oeil sur sa lingerie, très discrètement, pour ne pas être remarqué.  Les fenêtres étaient voilées, alors je voyais son vieux Levi's complètement usé sur son lit, entremêlé de filets de lumière.  Je ne pu m'empêcher de le prendre dans mes mains et de le humer avec mon nez et ma bouche. Mes yeux étaient fermés et j'en respirais cet odeur mâle qui me fit raidir les entrailles aussitôt. Mais ce n'est pas tout, pour finir de combler mes fantasmes, il était parti avec ses runnings, et ses grosses bottes de travail étaient là, par terre, près de son lit, encore imprégnées de la chaleur de ses pieds immenses qui les avaient quittés depuis peu.  Je me risquai encore une fois. Je me penchai vers elles , j'en pris une dans mes mains et je me la passai dans la figure. Elle sentait  le bon cuir mâle, elle sentait les grosses KODIAK que mes oncles "machos" portaient, et que  j'utilisais pour me crosser, les renifler, les lécher et venir sur elles, laisser mon sperme chaud dégouliner sur leur cuir fort et odorant, quand ils quittaient pour plusieurs jours !

J'étais tellement excité, je me demandais comment j'allais faire pour partager cette piaule avec ce mâle et ses vêtements qui m'excitaient au plus haut point, c'était presque trop pour mes forces, même si je le souhaitais de tout mon coeur. Je n'arrivais même plus à débander, ma queue était figé dans cette masse d'excitation fétiche à laquelle je venais de me livrer en cachette.  Je suis allé prendre ma douche pour me changer les idées, toujours en pensant à  Nick qui reviendrait bientôt pour la nuit.

Quand je suis sorti de la douche, il était revenu, il était couché sur son lit, sur le dos, en slip seulement et lisait un livre.  Nous avons encore bavardé un peu, puis on a éteint les lumières pour dormir.  Le pire, c'est que je n'y suis pas arrivé, mes yeux ne se fermaient plus, je ne faisais que regarder ce corps de dieu à demi-nu, dormir et se déhancher parfois dans des secousses sacadées entre ses draps, résultant d'un grand soupir presqu'obscène. Puis toujours ses grosses bottes à côté du lit, que je revoyais dans la pénombre ... !

Le lendemain, je ne l'ai pas vu du tout. Quand je me suis réveillé, il était déjà parti aux gymnase. Ce n'est que le soir après souper qu'il est revenu à la chambre. Je venais juste de revenir moi aussi. Il est entré. Il était habillé au style " jeune délinquant", avec toujours ses grosses bottes détachées qui m'avaient rendu fou le veille. Elles étaient maintenant dans ses pieds et mes yeux avaient de la misère à les oublier.  J'essayais sans cesse de regarder ailleurs mais c'était plus fort que moi, celà m'excitait. Je m'imaginais dans ma tête des scènes super érotiques avec lui, dans ces vêtements et ces bottes, et je recommencais à bander encore.

Mais cette fois-ci, je crois que Nick s'en est apperçu. Il n'a rien dit, mais j'en suis sûr. J'avais un peu honte, j'étais malalaise.  Après le souper, Nick me demande si je veux aller explorer le boisé derrière le cégep, puis aller voir la rivière un peu plus loin, alors je lui dis que c'est une bonne idée et nous partons presqu'aussitôt.  Nous avancions dans les sentiers de bois en se racontant plein de choses. Nick avait encore ses grosses KODIAKS qui semblaient être de plus en plus faire partie de ses vêtements les plus importants, puisqu'il les portaient chaque jour, juste pour me rendre fou, je disais... !Après les 2 premiers kilomètres, nous nous sommes arrêtés à une vieille cabane de bois abandonnée et sombre pour se reposer un peu.  Nick dit: "Je me demande bien ce qu'il y a là-dedans". Je le vois donc qui ouvre la porte et pénètre à l'intérieur.  Je suis allé le rejoindre.  Ca sentais la bonne odeur de bois, une senteur de cave qui m'avait déjà excité autrefois et que je n'avais jamais retrouvé ailleurs par après.  C'est à ce moment précis que je m'étendis par terre, puisqu'il n'y avait aucun autre endroit  pour s'asseoir. J'étais étendu la de tout mon long. Tout-à-coup, je vis Nick s'en venir vers moi avec sa démarche de p'tit bum, et lentement, il acotta la grosse semelle de  odorante de ses bottines dans ma figure.  Je suis resté très surpris et j'allais lui dire quelque chose lorsqu'il m'interrompit  et me dit: " Chuttttt ".  Il continua de faire voyager sa botte dans ma fiace et se caressa la queue par dessus son pantalon d'armée. Je regardais la pose dominatrice qu'il avait adopté au-dessus de moi et je n'en croyais pas mes yeux. Je commencai à lécher lentement le cuir de ses bottines qui caressaient partout mon visage; ma langue et mon nez dégustaient le cuir et la senteur ennivrante qui s'en dégageait, la senteur mâle et perverse de leur usure, je me régalais de tout mes fantasmes, ma langue jouissait à plein, autant que la veille, mais maintenant, Nick me dominait totalement avec !  Ouf, c'était hot les amis !

Soudainement Nick s'est assis sur moi, de dos, ses bottes chaque côté de ma tête et me dit: «C'est bon hein ?   Moi aussi j'aime ça  manger des bottes !  Avec moi, t'as pas fini de tripper !  On va passer une année CHAUDE toé pis moé !»  Puis dans cette position, il commenca à déboutonner mes jeans et en sorti ma grosse queue bandée, comme je ne l'avais jamais vu aussi bandée et raide de plaisir.  Il se mit à la caresser dans tous les sens.  Moi pendant ce temps, je continuais à me régaler de ses bottes qu'il m'écrasait partout dans la face en respirant fort.  Elles étaient chaudes, et plus elles étaient chaudes, plus elles sentaient le mâle robuste et puissant, plus elles m'excitaient à force de les voir se promener dans ma face.  Nick retira son gilet. Il avait maintenant le torse nu.  Il se leva debout, toujours les pieds chaque côté de ma tête et dézippa à son tour son pantalon d'armée pour en sortir une queue du diable qu'il commenca à masturber avec ardeur. Tout son torse était en sueur et parfois il en tombait des goutelettes dans mon visage.  Il continua de se crosser avec le visage enragé de jouissance et puis il est venu.  Le sperme tomba de haut partout sur ma figure et ses bottines et il gémissait de plaisir.  Pendant que son sperme se fracassait dans mon visage, je me crossais moi aussi et il me dit: « Viens pas tout de suite ! Faut qu'tu nettoye mes bottes avant. »  C'est alors qu'il s'est revirré face à moi pour que je fasse la job. Je me suis penché en avant de lui et j'ai tout lécher le sperme qui avait giclé sur ses grosses bottines et suis venu aussitôt après car je n'en pouvais plus.  Je ne me souvenais pas d'avoir été aussi excité dans ma vie que dans cette journée qui se terminait.

Nous nous sommes blotti tous les deux, un par-dessus l'autre, par terre dans la cabane. Nos deux corps en sueur étaient rassemblés, sa peau mouillée cotoyait la mienne qui la désirait toujours autant.  Il m'a embrassé chaudement puis s'est levé la tête et m'a dit: «La prochaine fois, ce sera à mon tour à déguster tes affaires ! »  On est parti à rire.  Nous avons recommencé ce petit jeu plusieurs fois par la suite en ajoutant toujours des variantes qui nous n'avions jamais osé pensé auparavant. Nous gardions nos histoires secrètes évidement, mais quelle belle année j'ai passé avec mon compagnon de chambre !

Présentation

  • : Le blog de KODIAKS-MONDE
  • Le blog de KODIAKS-MONDE
  • : cuir
  • : Un lieu de rencontre pour tous les mecs amateurs, collectionneurs et fétichistes des grosses bottes de construction usées, de tous les styles, de toutes les marques, et bien sûr, tout ce qui vient avec, y compris les mecs virils qui les portent pour travailler sur les chantiers.
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil

Profil

  • JOEY
  • Le blog de KODIAKS-MONDE
  • Homme
  • cuir bottes fétiche boots chantier
  • Mec de 5 pi 11, chev blonds, yeux verts, sympa, maniaque des mecs qui portent des grosses bottes de construction usées telles les Kodiaks, les Terras, les Kingtreads,etc...., mais attention, je les aime avec beaucoup de vécu.

Rechercher.....

Calendrier

Novembre 2017
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30      
<< < > >>
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés